Accueil > Galerie VIP > L’autre Sigwald

L’autre Sigwald

lundi 27 avril 2009, par axel

L’art et la manière de ne plus se faire comprendre du public. Vous prenez n’importe quelle figurine, làen l’occurrence le Sigwald de GW, et vous commencez àvous torturer les méninges. Ce qui ressort du descriptif fluffique et Géwésien, c’est que ce perso est plutôt narcissique.

Qui dit Narcisse, dit référence àla mythologie antique, et référence au concept du reflet. Pour ce qui est de l’antiquivisme, làpas de soucis j’avais de bonne base de part mes études, et j’avais en outre dès le départ l’image du Mordred en armure dorée dans le "Excalibur" de John Boorman . Aucun rapport avec l’antiquité je sais, et non initialement j’avais pas prévu de passerelle vers les chevaliers du zodiaque ... Pour ce qui est du reflet c’était un peu plus hard. Pour ceux qui ont pu contempler de près le Faust de Kostas Kariotélis, vous aurez remarqué que son miroir est délirant et tout mais qu’il ne reflète rien. Il semblerait que Kostas n’est pas réussi àtrouver un truc pour faire un reflet convenable. Ben pareil, j’ai pas trouvé...

Alors pourquoi ne pas s’orienter vers un tableau ? en plus j’avais bien en tête le "Portrait de Dorian Grey" d’Oscar Wilde. Pour ressituer, Dorian est un jeune dandy londonien qui possède un portrait très réaliste de lui.

C’est un salopard patenté, mais qui garde son visage d’ange, et c’est le tableau qui vieilli et qui porte les marques de ces perversions àsa place. Moi déjàça commençait àme plaire.

Question composition je suis parti sur le thème de la spirale cette fois. Spirale qu’on trouve sur l’escalier, et accessoirement sur toutes ces p*tains de fioritures façon fer forgé.

Donc pour info, c’est pas un jouet de ma fille, ou alors j’ai mal cherché, mais c’est bel et bien du fil de laiton en 0.45mm de diamètre patiemment torsadé et collé àla cyanocrilate ensuite.

Le seul support du tableau, c’est quelque chose comme une quinzaine d’heure de taf. Oui parce qu’en plus on en rate.... La rambarde de l’escalier fut très rigolote aussi. Les pilier en eux même pas de soucis majeur, mais faire jointer la rambarde avec les piliers .... une horreur... 0.45 c’est pas bien gros, et ça se tord très vite et en général la pièce est foutue si on la rate.

L’escalier en lui même est fait en carte plastique de 0.25mm d’épaisseur de la marque evergreen. En matière de profilé ya pas mieux, ou presque. Il s’enroule vers la gauche. Oui alors comme ça de prime abord tout le monde s’en fout, sauf qu’il y a une explication àça : en architecture militaire antique tout ou presque nous vient du De Architectura de Vitruve (je m’excuse d’ores et déjàauprès des puristes qui connaissent un peu Vitruve...) dans je sais plus quel chapitre il dit que les escaliers doivent tourner vers la droite, de façon àce que les assaillants qui portent leur arme de la main droite, soient gêner par le pilier central, tandis que les défenseurs, eux, ont toute latitude pour leur piler les esgourdes. Prenant le principe àcontre-pied, je fit tourner mon escalier dans l’autre sens pour symboliser un lieu où mon personnage est seul maître.

Commencez pas àme dire que c’est tordu, attendez la suite.

donc mon bel escalier est en marbre blanc.... Le seul truc c’est qu’il ya encore de nos jours des juges mal embouchés qui quand on leur dit "marbre blanc" comprennent "blanc" tout court. Donc non, c’est bel et bien du marbre hein ! la recette magique du vieux chenu c’est quoi ???? Un effet de profondeur surtout !! donc on commence àfaire sa base, un peu comme on veut en fait, et avec les teintes qu’on veut ce n’est pas super important. Ensuite on encre avec du gris bleuté, et après on mélange son blanc avec un médium retardateur (ça ne fait pas que retarder, ça rend aussi la peinture transparente, et surtout très mat) et très lentement et très progressivement on monte vers le blanc les arrêtes les plus exposée. Pour fignoler avec du blanc pur mais diluer quand même on fait des veines qui ne se dégradent que d’un coté, on passe un peu de lavis chaire sur les parties les plus éclairées (contraste ombres froides, lumières chaudes et inversement) et on reprend son mélange médium/blanc ultra dilué pour lier le tout. Effet garantie !!!!!!!!!! tout le monde trouve ça beau ...
ouais ok sauf les juges ...

Face àl’escalier très recherché, je voulait un contraste avec le reste du socle d’où un empilement de fines tranches d’ardoises.

Le bouclier quant àlui étais juste un détail initialement.

Je m’explique, c’était pas juste un prétexte pour faire des zigouigouis dans tous les sens, il raconte juste l’histoire de Sigwald avant-quand-il-était-gentil. Donc il est représenté sous forme d’ange attaqué par un serpent et maintenu au sol par une divinité grecque. Laquelle divinité n’est rien d’autre qu’une référence àKostas lui même qui est un Dieu de la fig àmes yeux, et qui est grec lui aussi. Comme il m’a quand même bien inspirer, la moindre des choses était de lui rendre hommage. Et rendre hommage àun grec sans le représenter en gonzesse était hors de question surtout quand on connait le gabarit du gazier ^_^ L’ennui avec ce genre de truc c’est que ça ne me pose pas vraiment de problème àpeindre. J’ai fait ça en 5 ou 6 h, ce qui mis en parallèle avec le marbre n’est rien puisque celui-ci m’a demandé 10 fois plus de taf. Donc pour moi ce n’était qu’un détail, mais pour le public... ben ils ont vu que ça... ou alors c’est qu’ils sont super faux-cul parce qu’ils ne m’ont parlé que de ça... Et sur le bouclier, il y a un piaf qui se gratte les plumes. Il n’a strictement aucune importance en soi, c’était juste pour montrer àDavid que je les sculptais mieux que lui. Cet âne ne l’a même pas remarqué...

la tête dans le socle est àmon avis la meilleure idée de tout le décor.

Elle représente l’âme du Sigwald prisonnière dans sa cage dorée pendant que le démon qui occupe son enveloppe corporelle fait les 400 coups sur les champs de bataille et lutine la gueuze dans les tripots sordides de la banlieue nord de Spyckerheim au milieu de Ploucland. Je crois que le truc le plus désobligeant qu’on m’ait dit àson sujet c’est "waouhh tu l’as super bien transformée la tête du géant de GW !!!"

donc voilà, c’est une sculpture intégrale, une base de milli yellow grey pour les volumes osseux et le reste en sculpey firm. Rien de bien sorcier en soi puisque je n’ai eu àtravailler que sur une seule moitié du visage, l’autre étant en train de s’effriter.

Juste comme ça, concernant l’expression en elle même je me suis éhontément et largement inspiré des illus de Paul Bonner qui fait des visages hallucinants. Paul si tu nous lis big-up pour toi j’te surkiffe !!!!

Et enfin Sigwald lui même. Donc vous l’aurez compris, c’est un démon qui a pris possession du corps du pauvre gentil ch’ti gars qu’il était avant de faire confiance avec une candeur coupable et une crédulité affligeante si vous voulez mon avis, aux forces du mal en général et àSlaanesh en particulier. Compte tenu de tout le reste, vous comprenez aussi bien qu’il devait être beau superbe et plein de cette morgue que l’on attribut si souvent aux aristos en toute méconnaissance de cause.

Longtemps j’ai hésité quant àla couleur définitive de son armure. J’avais quand même de sérieux doute sur le rendu final si je lui faisais une armure en or. Finalement j’ai choisi un aspect plutôt bronze patiné, sans autres fioritures que celles de la sculpture pour ce faire je suis parti d’une base de charadon granit coupé progressivement avec de l’or, lui même éclaircie avec de l’argent pour finir par de l’argent pur.

Pour la cape, j’envisageais de faire plein de dessins làaussi, mais ça n’aurait pas collé avec l’aspect aérien que je voulait conserver. Donc pas de free-hand , juste un dégradé crème vers le blanc, contrasté avec des encres gris-bleutés histoire que ça claque bien. Et puis quand on joue àla guerre, il vaut mieux ne pas risquer de s’empêtrer dans sa cape sous prétexte qu’elle est trop empesée ou trop lourde. On perd beaucoup de sa superbe quand on se vautre lamentablement dans la boue. Enfin moi je dis ça, je dis rien. Dernier détail, mais pas des moindres, il tiens sa lance de la main gauche alors qu’il est logiquement droitier. Faut le regarder dans un miroir pour le voir dans le bon sens. J’ai cherché àtravailler le concept du reflet dans pleins de petits détails que personne ne remarquera jamais, sauf peut-être 20 ans après ma mort.

Alors voilà, pour résumer l’explication générale de la pièce c’est quoi ? Le démon qui occupe le corps de Sigwald se trouve dans son antre où il contemple les effets de ces turpitudes orgiaques sur le tableau tout en se repaissant des hurlement de désespoir et de rage de l’âme tourmentée de Sigwald (pour les geeck et autre fan-boys débiles je vous renvoie aux derniers chapitres de "Fulgrim" aux éditions Bibliothèque Interdite cinquième roman de l’Hérésie d’Horus et qui est sous-titré, oh comme c’est marrant !!, portrait d’une trahison^_^). Pour appuyer toutes ces impressions, j’ai voulu une composition en V : la base c’est la tête, et d’un coté on a l’histoire de la chute de sigwald (le bouclier) et les effets de sa damnation (le portrait) tandis que de l’autre on a le personnage en lui même paré pour la guerre. Par conséquent enlever ou changer un seul élément du socle, du décor, de la fig ou de la peinture change de fait la compréhension de celle-ci et la manière de l’appréhender. La figurine n’est pas un prétexte au socle, elle justifie le socle, tandis que celui-ci transcende celle là.

En conclusion je dirais ceci : n’allez pas croire, àla lecture de ceci que j’ai tout pensé comme ça d’un coup d’un seul, j’ai mis près de 6 mois avant d’en voir le bout. L’interaction des éléments entre eux, si elle fonctionne pas trop mal au final m’a demandé beaucoup de temps, période durant laquelle j’ai envisagé àchaque fois chaque option ce qui veut dire pour faire simple qu’elle correspond au rendu que je voulais : un truc bien barré ! mais qui a quand même ses défauts. Et oui, àpartir dans des délires trop poussés, ben àla fin les gens comprennent plus vraiment ce que vous avez voulu faire, et se raccrochent àce qu’ils connaissent. Et voilàcomment vous prenez pendant toute une journée des remarques navrantes du style "c’est pas un concours de bouclier"... Maintenant soyons humble tout de même si le public n’a pas dans sa grande majorité compris d’entrée de jeu toute la dimension symboliste de la pièce, c’est que je m’y suis mal pris.

Messages

  • Wahou. A vrai dire, je n’avais pas tout capté d’entrée, notamment la composition en V et l’allusion àl’âme de Sigvald dans la tête du géant emprisonnée (d’ailleurs, je me suis pas mal demandé ce qu’elle foutait là, cette tête de géant)...

    Pour le reste, c’est dur d’être un génie, on reste souvent incompris de la plèbe inculte et des fanboyz ignares car les références directes àtout ce qui ne touche pas GW de façon ostensible sont de facto inintelligibles...

  • Nan ben voilààtrop vouloir faire tarabiscoté on pige plus rien. Tu l’as bien cherché. Sinon pas songé àdistribuer des petits dico pour expliquer tes figs ??

  • Tout est dans le titre !!!!!!!!!!!!!!!! Voilàune jolie pièce qui n’a pas aimé son passage au concours de Nice.

    Je vous l’annonce Sigwald est mort, plié, cassé, àrefaire, bref poubelle.

    Profitez bien des photos c’est tout ce qu’il en reste ^_^

    • m...e alors,
      heureusement que j’ai pu l’admirer et la photographier sous toutes les coutures au GD 2009.
      En revanche quand nous avons discuté àla table de peinture nous avons seulement parlé de la façon de peindre une épaulette de dark angel,
      comme quoi quand on est fan et peintre àmon petit niveau, on n’est pas forcément en train de parler tous de la même chose. Moi aussi j’ai bavé devant ce bouclier mine de rien mais làj’étais làpour autre chose. Donc, Axel, merci encore de ta gentillesse et de ta disponibilité, (1h30 quand même). fred

  • Bravo pour ce travail de dingue ! Je n’avais en effet remarqué qu’1/100eme de tout ces détails au GD. En tout cas merci pour cet article fort instructif qui m’a fait piger le pourquoi du comment de toutes ces références !

  • ça a quand même du être un peu compliqué de peindre la tête de géant àtravers le grillage —’

    (ahah qu’il est con ce mugen)

    J’aime beaucoup la peinture, mais j’accroche moyen au socle, la figurine avait quand même fière allure àCouë ron :)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.